fbpx

Burn-out : comment le détecter ?

Burn-out : comment le détecter ?

Le syndrome du burn-out se traduit par un état d’épuisement général touchant à la fois le psychique, l’émotionnel et le physique. Le sujet perd le contrôle au travail, d’où cette incapacité à parvenir à des résultats concrets. Fatigué et démotivé, il n’est également plus en mesure d’atteindre les objectifs qui ont été fixés. Le burn-out peut ainsi devenir dramatique, non seulement pour la personne touchée, mais aussi pour l’équipe de travail dont elle fait partie, ainsi que pour l’entreprise toute entière.

Les prémices d’un burn-out sont toutefois détectables. Quels sont exactement les signes avant-coureurs de ce mal ? Comment éviter le pire ?

Les critères qui définissent le burn-out

Le blues du lundi, ou plus précisément le manque de motivation en début de semaine, peut-il être traduit comme un simple coup de fatigue ou un symptôme du syndrome du burn-out ?

Les salariés, les équipes, et même les managers eux-mêmes, sont en effet quotidiennement soumis au stress. Ainsi, selon les estimations, trois millions d’actifs pourraient ainsi être touchés par le burn-out. Cette « maladie du travail », ou cette « pathologie associée au travail », se manifeste généralement par un mal-être, une légère déprime, une apathie, une fatigue physique persistante, voire une absence totale de volonté, de forces et de désirs, autrement dit un épuisement professionnel… signes qui doivent alerter les managers.

Si vous souffrez de l’un de ses symptômes, il se pourrait que vous soyez en burn-out.

Comment prévenir le burn-out ?

Le burn-out touche les personnes soumises à un trop grand stress de travail. Ses effets peuvent être extrêmement graves, souvent une dépression, et dans le pire des cas, un suicide. Il peut aussi être lourd de conséquences pour l’entreprise, à commencer par les coûts de l’absentéisme qui en résulte.

Aussi, pour détecter et prévenir le stress de leurs équipes, les entreprises sont nombreuses à proposer des formations à leurs managers. L’intervention d’un spécialiste de la prévention des risques psychosociaux s’avère également nécessaire. Sa première tâche sera de recevoir en entretien individuel tous les collaborateurs en souffrance.

Pas de commentaires

Réagir à l'article

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte