fbpx

Comment gérer les opposants au changement ?

changement

Comment gérer les opposants au changement ?

Face à un changement, il y a toujours trois catégories de personnes : les adhérents, les méfiants et les opposants. L’histoire de l’humanité en est un exemple concret : quel gouvernement n’a jamais connu des opposants qui refusent de suivre ses politiques ? Cependant, toute organisation se doit d’évoluer au rythme de son environnement ; et toute évolution rime avec changement.

Faire face à la réalité

Quand on décide d’entreprendre un changement, il faut se préparer psychologiquement aux éventuels refus et oppositions. Ainsi, il faut se bâtir des arguments en béton et des réponses aux divers motifs que les opposants pourront invoquer. Cela vous évitera d’être pris de court et vous aidera à mieux vous justifier.

Ne pas prendre sur soi

Si vous initiez un changement et que des membres de votre organisation vous contestent, vous devez garder en tête que l’opposition n’est pas dirigée contre vous. Prendre les contestations comme une attaque personnelle ne fera qu’envenimer la situation et entraînera la perte de votre objectivité dans le traitement de l’opposition.

Tenir les autres informés

Dans bien des cas, les causes des oppositions résident dans le manque de communications et d’informations. Aussi, prenez soin de bien expliquer la portée du changement ainsi que les raisons qui le justifient. Ne ratez pas une occasion d’étaler les avantages espérés avec cette réorientation de l’organisation.

Ecouter

Les changements viennent souvent des leaders et des dirigeants. Cependant, il ne convient pas d’imposer et de parachuter l’idée, mais il faut se montrer à l’écoute des autres et répondre à leurs inquiétudes et à leurs préoccupations.

Ne jamais céder

Imaginez notre mode de vie actuel si toute proposition de changement a été abolie. Si vous êtes convaincu de l’utilité et des avantages d’une réorientation de votre organisation, maintenez votre idée, mais essayez de comprendre la crainte des opposants. Alliez-vous aux adhérents qui pourront plaider votre cause.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Pas de commentaires

Réagir à l'article

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte