fbpx

Gérer ses équipes en optant pour le neuromanagement

cerveau

Gérer ses équipes en optant pour le neuromanagement

Le neuromanagement vise à stimuler davantage les équipes, grâce à une technique qui fait émerger la créativité et l’innovation. Sa particularité ? Il naît de la fusion des neurosciences et du management, et est conçu pour anticiper les attitudes des travailleurs grâce à l’observation du fonctionnement du cerveau au travail.

Le neuromanagement : gérer autrement

Vous devez connaitre tout ce qui fait obstacle au développement de votre entreprise. Souvent, le plus dur est de parvenir à monter une équipe loin des risques psychosociaux et ayant sensiblement la même vision que vous, par rapport à la politique générale de l’entreprise. Certains pensent que la résolution des problèmes devrait se faire en appliquant tout simplement et systématiquement les « bonnes théories » parfois draconiennes. D’autres, en revanche, pensent qu’il faut considérer les sensibilités humaines. Et c’est là qu’intervient le neuromanagement.

Le neuromanagement : contre le mal être

La plupart du temps, le stress est au centre du débat lorsqu’on parle du mal être au sein de l’entreprise. Les dirigeants tentent d’aider leurs salariés en proposant des solutions classiques comme consulter un psy ou suivre des séances spéciales pour le développement personnel. Mettre en place une stratégie bien définie et appropriée, en vue de combattre ce « fléau », s’avère nécessaire si l’on souhaite vraiment avoir une équipe opérationnelle. Du coup, le neuromanagement semble bien adapté.

Le neuromanagement : Outil de développement

Le neuromanagement stimule la motivation individuelle et la performance de chacun. Il favorise également le plaisir de l’action collective et apporte de l’amélioration à l’organisation elle-même. L’utiliser comme principe de gestion vous permet d’accroître la productivité, et de mettre en place un environnement professionnel sain et propice aux dialogues. En effet, la synergie des compétences ne peut avoir lieu sans les échanges entre patronat et salariés, et entre salariés eux-mêmes.

Pas de commentaires

Réagir à l'article

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte