fbpx

La non-prévention des risques psychosociaux peut coûter cher

dés risk

La non-prévention des risques psychosociaux peut coûter cher

Les risques psychosociaux constituent un frein pour le développement de l’entreprise. Leurs impacts ne sont en effet pas négligeables, autant sur plan organisationnel qu’économique. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire d’identifier leurs causes, notamment afin d’ouvrir la voie à des actions de prévention.

Les conséquences des risques psychosociaux

Sur les salariés

Les risques psychosociaux ont surtout des répercussions sur la santé des salariés. On constate souvent l’apparition de troubles émotionnels et du sommeil, des problèmes cardio-vasculaires caractérisés par l’hypertension artérielle, ainsi que certains troubles d’ordre psychique plus ou moins graves. Evidemment, ce n’est pas que les salariés qui vont en subir les conséquences.

Sur l’entreprise

Ils engendrent la désorganisation des entreprises, car là où ils s’installent, on observe une augmentation du taux d’absentéisme, un risque élevé d’accident du travail, une baisse de motivation et d’initiative, une dégradation du climat social etc. Tout cela mène sûrement à une médiocrité de la productivité des équipes.

La prévention des risques psychosociaux 

Il existe un document unique d’évaluation des risques, une obligation pour toutes les entreprises. Il s’agit d’un outil visant à faciliter le suivi du processus de prévention dans l’entreprise, particulièrement concernant les risques psychosociaux. A noter que dans certains pays comme la France, il existe des structures dont la mission est la prévention des risques psychosociaux.

En général, il existe 3 méthodes de prévention :

La prévention primaire

Elle a comme objectif d’identifier et neutraliser les facteurs de risque en amont. La prévention primaire est donc idéale, sachant que l’on évite les problèmes avant qu’ils n’apparaissent. Cette démarche nécessite souvent l’intervention d’experts dans le domaine.

La prévention secondaire

Elle est conçue pour amoindrir les impacts des risques psychosociaux sur les structures ou les salariés qui présentent déjà des symptômes. Il s’agit d’une prévention dite « corrective ».

La prévention tertiaire

Ce type de prévention consiste à intervenir d’urgence sur un individu déjà touché afin que son état ne dégénère pas. C’est notamment durant cette étape qu’on aide les salariés devenus incapables d’assumer leurs tâches.

Pas de commentaires

Réagir à l'article

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte