fbpx

Les risques psychosociaux : pourquoi et comment les anticiper ?

homme fatigué qui se tient la tête

Les risques psychosociaux : pourquoi et comment les anticiper ?

Cela pourrait être apparenté à un phénomène de mode, mais la problématique des risques psychosociaux est bel et bien réelle.

Qui n’a jamais entendu le témoignage d’une situation de harcèlement moral, de souffrance au travail, de mal être, d’épuisement professionnel dans son entourage ? Il ne s’agit pas d’un phénomène isolé et cela peut avoir des répercussions importantes sur la santé tels que les accidents du travail, les maladies professionnelles, les troubles musculosquelettiques, le burn out… et une augmentation de l’absentéisme au travail.

Il est donc important d’intervenir sur la prévention des risques psychosociaux et ainsi maintenir la santé et la sécurité au travail. Cette démarche s’inscrit dans une dynamique plus globale de prévention des risques professionnels avec la rédaction du DUERP (Document Unique de Prévention des Risques Professionnels). La mention des risques psychosociaux dans ce document est récente car il est plus aisé dans les représentations qu’un phénomène physique tels que le port de charge ou le risque électrique puissent avoir un impact sur la santé des travailleurs alors que la situation de stress professionnel peut paraître moins quantifiable.

Dans un premier temps, il va donc falloir procéder à l’évaluation des risques psychosociaux. Pour cela, on peut observer des indicateurs tels que les arrêts de travail, l’absentéisme ou le turn over par exemple, mais il sera indispensable d’aller à la rencontre des salariés pour recueillir leur vécu, leur ressenti, comprendre les difficultés du quotidien, les facteurs de stress, la démotivation ou la pénibilité au travail par exemple.

La définition de ces risques va permettre d’intervenir sur trois niveaux de prévention.

Prévention primaire

Une fois les facteurs de risques ciblés, l’objectif est de pouvoir limiter le contact des salariés avec ceux-ci et ainsi éviter leur apparition et leurs conséquences. Il faut donc pouvoir agir à la source.

Prévention secondaire

Donner aux salariés les outils permettant de faire face aux facteurs de risques. Il est indispensable de pouvoir co-construire avec eux un plan d’action en prenant en considération les contraintes de leur activité de travail et leurs idées afin de favoriser l’intelligence collective et leur implication dans la mise en place de ces mesures.

Prévention tertiaire

C’est ce que l’on va appeler trivialement le mode « pompier », l’incident a déjà eu lieu, les conséquences sont déjà présentes, il va donc falloir agir de façon curative. A ce stade, on parlera de situations de l’ordre du traumatisme avec des départs, la multiplication d’accidents voire des suicides au travail.

Les risques psychosociaux peuvent toucher toutes les catégories socio professionnelles, toutes les professions, tous les niveaux de responsabilités. Les personnels encadrants sont également exposés à ces facteurs, ils doivent aussi être pris en compte dans la gestion du risque et pas seulement être garants de sa prévention.

L’équipe Pépite peut vous accompagner dans cette démarche, n’hésitez pas à nous contacter afin que nous puissions répondre à vos interrogations.

Pas de commentaires

Réagir à l'article

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte