fbpx

Une entreprise libérée « sans hiérarchie », c’est possible ?

sans hiérarchie

Une entreprise libérée « sans hiérarchie », c’est possible ?

L’entreprise libérée, « sans hiérarchie », a vu le jour il y a quelques années de cela au sein de structures célèbres telles que Harley Davidson. Même si très peu d’entreprises ont choisi ce type d’organisation, il connaît actuellement une évolution considérable. S’agit-il réellement de sociétés qui ne disposent d’aucune hiérarchie ? Dans quels cas ce type d’organisation peut être une réussite ?

Existe-t-il des niveaux de hiérarchie ?

Née d’une volonté d’alléger les lignes managériales, l’entreprise libérée « sans hiérarchie » n’est pas à proprement parlé complètement dépourvue de hiérarchie. En effet, on peut parler d’une hiérarchie en râteau comprenant un dirigeant suivi de nœuds hiérarchiques incluant les responsables d’usines, les responsables d’ateliers, etc. En dessous de ces derniers, il y a notamment les opérationnels. Ainsi, deux niveaux de hiérarchie sont maintenus avec ce genre de modèle.

Entreprise libérée : les cas de réussite de ce modèle d’organisation

Tous les secteurs peuvent adopter cette démarche. Cependant, il faut signaler que dans certains domaines l’entreprise libérée est plus facile à vivre que dans d’autres domaines. Ainsi, les startups adoptent généralement cette méthode, étant donné la nature de ce type d’entreprise. Ce modèle est également le bienvenu dans le monde informatique vu que le travail est catégorisé par projet. Il faut d’ailleurs souligner que les sociétés informatiques sont les premières à avoir opté pour ce type d’organisation.

La réussite de cette démarche repose sur la nature des travaux à accomplir. En effet, lorsque les tâches ne comportent pas une valeur ajoutée élevée, ce modèle ne peut avoir du succès. C’est le cas notamment des travaux répétitifs qui sont difficiles et nécessitent un certain allègement. Les salariés sont ainsi moins libres dans la réalisation de leur travail. Cependant, si les salariés aiment leur métier et que les équipes savent s’entraider en cas de difficulté, ce modèle d’organisation a plus de chances de réussir.

Pas de commentaires

Réagir à l'article

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte